! BIENTÔT !

SPLENDEURS & TREMBLEMENTS - webEn octobre 2014, je débarquais au Népal et en Himalaya pour la première fois. J’avais simplement pour idée de rejoindre le camp de base de l’Everest, seul, sans guide ni porteur, en conservant ainsi ma liberté, mais aussi mon innocence et mon ignorance ! En gros, j’avais juste envie de voir « comment ça marche au pays des Sherpas », sans biais ni intermédiaire, pour expérimenter le produit touristique « Everest Base Camp Trek » de la manière la plus neutre et la plus sincère possible !

Un premier projet de film était en cours de montage lorsqu’est survenu le séisme dévastateur du 25 avril 2015 (suivi d’un second le 12 mai). Le choc était immense : des images qui tournaient en boucle dans tous les médias, je retenais – la larme à l’oeil – que la plupart des monuments historiques de Katmandou étaient en ruines. Qu’advenait-il de tous ces visages photogaphiés six mois auparavant ? Quel était le sort de mes récents nouveaux amis, de leurs familles ?!

A ma manière, j’ai tenté de venir en aide au pays en organisant une exposition-vente de photos… Puis, je n’ai eu de cesse de songer à y retourner ! Au-delà du fait que mon premier voyage m’avait laissé sur ma faim, avec l’impression dérangeante d’avoir à peine entrouvert une porte, chaque jour qui passait accentuait un peu plus, désormais, mon sentiment d’être inutile en France…

Il fallait que j’y retourne ! Que j’aille voir de moi-même, et que je donne à ce projet de film un autre sens que celui de l’objectif braqué sur ma petite personne découvrant la grandeur hallucinante du haut-Khumbu et ses services touristiques…

Je suis donc reparti, fin octobre 2015, en direction de l’Everest. Au départ de Jiri, cette fois, par le sentier des pionniers. J’ignorais, jusqu’à l’heure de m’engager sur l’itinéraire, que je mettais les pieds au coeur de la zone épicentrale du 12 mai (district de Dolakha). J’ignorais que j’allais passer quatre jours à traverser des villages tous plus ravagés les uns que les autres, avant de rejoindre lentement Lukla, puis Namche Bazar et le camp de base de l’Everest…

C’est le compte-rendu brut et sans fioritures de cette expérience que le film a pour projet de restituer.

Ci-dessous, un extrait de la maquette du film, avant enregistrement voix off et mixage final prévus pour début août 2016.