Brieuc Coessens-2En 2007, un portrait paru dans le quotidien régional Le Dauphiné Libéré commençait ainsi : « Brieuc Coessens est jeune, belge et archéologue. Trois raisons, a priori, de ne pas s’intéresser à son discours sur l’adaptation des politiques de tourisme en montagne au réchauffement climatique (…). Pourtant, c’est précisément sa formation d’archéologue qui l’a poussé à s’intéresser à ce thème. Après son mémoire de maîtrise consacré aux « routes romaines des Alpes », il est venu habiter aux pieds du Mont-Blanc pour y travailler comme saisonnier. Une plongée au coeur de la machine touristique dont il a tiré beaucoup d’enseignements ». Le Dauphiné Libéré (10.2007).

Depuis, je n’ai pas quitté les Alpes. J’y ai repris des études en management touristique l’année-même de cet article, puis après une période « free-lance » où j’ai cumulé activités de conseil, d’enseignement et de formation professionnelle, j’ai été recruté en tant que responsable du Pôle touristique Matheysine/ Pays de Corps/ Valbonnais.

C’est dans ce cadre que j’ai véritablement commencé à développer mes compétences en création de contenus multimédias : photographies pour nos sites web ou nos brochures, vidéo-reportages pour nos réseaux sociaux, contenus rédactionnels pour nos multiples éditions… Au bout de 5 ans, après avoir mené cette association composée d’élus et de professionnels au seuil d’un EPIC imposé – de facto – par la Loi NOTRe, je rassemble mes compétences au sein de « Brieuc Coessens Studio » : un ensemble de prestations multimédias destinées aux particuliers, aux entreprises ou aux collectivités.

A l’été 2016, je suis ainsi pigiste pour Trek Magazine/ Grands Reportages, photographe de plateau pour des productions audiovisuelles, réalisateur d’un documentaire de 90′ consacré au Népal, monteur de vidéo-clips, graphiste et metteur en page… J’allie ainsi la rigueur issue de mes précédentes expériences professionnelles à la liberté de mes attirances artistiques pour vous offrir une communication globale et des plus différenciatrices !

Car de la montagne, j’ai retenu cet adage attribué au grand alpiniste que fut Edward Whymper : « N’allez pas là où le chemin peut mener. Allez où il n’y a pas de chemin, et laissez une trace » ! C’est là la principale des valeurs que je m’efforce de respecter tout au long de la mise en œuvre de vos projets.